Les étranges crânes longs de Paracas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les étranges crânes longs de Paracas

Message par GooZ le Ven 16 Jan - 14:14

12 février 2014 (Allemagne) – Le phénomène mondialement répandu de ce qu’on appelle les crânes allongés (oblongs) met les amateurs mais aussi les professionnels constamment devant de nouvelles énigmes. Alors que l’on sait, que la grande majorité de ces boîtes crâniennes à la forme bizarre dont dues à des déformations volontaires par des attelles et des bandages depuis l’enfance, certains scientifiques voient dans certains exemplaires particuliers de ces crânes des preuves, qu’il s’agit là d’une caractéristique d’origine « naturelle ». Et par ailleurs, l’origine, le sens et le but de cette tradition inhabituelle restent obscurs. Brien Foerster, expert indépendant en biologie, vient de soumettre des crânes d’origine péruvienne, dont la forme allongée était particulièrement marquante, à une analyse ADN. Après des premières nouvelles brèves, Foester a révélé à notre rédaction (grenzwissenschaft-aktuell.de) des détails exclusifs.



Rédac. GreWi-. Andreas Müller: Monsieur Foerster, tout d’abord un grand merci d’avoir accepté de nous en dire plus sur les résultats d’analyse des crânes allongés de Paracas. Pourriez-vous s’il vous plaît nous donner un petit aperçu du contexte et des particularités de ces crânes?

Brien Foerster: Volontiers. Paracas est une presqu‘îles désertique située dans la province de Pisco de la région Ica le long de la côte sud du Pérou. C’est là, que l’archéologue Julio Tello a fait une étonnante découverte en 1928, lorsqu’il découvrit une nécropole très vaste et complexe abritant des ossements d’individus dont les crânes présentaient les plus importantes déformations connues au monde. Au total, Tello a découvert 300 de ces crânes, dont l’âge est estimé à environ 3000 ans. Ces crânes ont été désignés sous l’appellation de crânes de Paracas.
Sur 5 des 40 crânes environ, qui sont conservés actuellement au « Paracas History Museum », nous avons eu l’autorisation de prélever des échantillons de cheveux (avec leur bulbe), des restes de peau, des dents et des mâchoires. Ces échantillons ont été soumis par Lloyd Pye, chercheur, aujourd’hui malheureusement décédé, du « crâne Starchild » et fondateur du « Projet Starchild » (= enfant des étoiles), par des généticiens du Texas à une analyse ADN.

GreWi: Est-ce que vous pouvez résumer et expliquer pour nous les résultats obtenus jusque là?

Foerster: J’aimerais d’abord signaler, qu‘il s’agit pour l’instant de résultats préliminaires obtenus à partir de l’un des 40 crânes du musée. Ces 40 crânes ne sont eux-mêmes que quelques exemplaires de plusieurs centaines connus au Pérou et en Bolivie. Le fait cependant, que cette analyse ait été effectuée par un expert généticien à l’aide des méthodes d’analyse les plus modernes, est particulièrement important.
Ce généticien a analysé des échantillons de trois crânes de Paracas à l’aveugle, dont les résultats préliminaires sont à présent disponibles et seront discutés ici. Je ne peux pas encore dire à l’heure actuelle, de quels crânes précis il s’agit, pour des raisons évidentes de sécurité.
Comme certains segments de l’ADN examiné ne correspondent ni à des segments connus de l’ADN de l’Homo sapiens ni à d’autres souches humaines comme les Néandertaliens ou les Hommes de Denisova, il semble par conséquent, que les Paracas puissent possiblement constituer une espèce (humanoïde) à part. Mais comme dit, ce ne sont que des résultats préliminaires et il faudra d’autres tests.



GreWi: Comment interprétez-vous ces premiers résultats?

Foerster: Peu importe la manière de les considérer, les Paracas étaient un peuple mystérieux. Ils sont apparus environ 1000 ans av. JC. et leur origine est un mystère complet. Ils avaient des cheveux couleur fauve et leur classe dominante possédait ces crânes oblongs. Ils connaissaient apparemment déjà le tour de potier et fabriquaient les plus beaux tissus du Pérou précolombien. Je suppose avec de plus en plus de certitude qu’au moins certains de leurs ancêtres étaient venus d’une autre partie du monde au Paracas sur des voiliers. Puis, vers environ 100 apr. JC, ils disparaissent à nouveau d’une manière tout aussi mystérieuse. Il est possible qu’ils se soient éteints au profit de la culture Nazca, qui avait pénétré sur leur territoire.

GreWi: Pouvez-vous nous en dire plus, sur qui et où les analyses ADN ont été effectuées?

Foerster: A l’heure actuelle, je peux seulement dire, qu’il s’agit d’un généticien qui a déjà souvent travaillé pour le
gouvernement des Etats-Unis et est ainsi considéré comme un expert dans son domaine.



GreWi: Quels sont les prochaines étapes et perspectives?

Foerster: D’abord, dans les prochains mois, seront effectuées d’autres analyses par deux ou trois laboratoires indépendants aux USA. Ensuite, il y aura une datation au C-14 ainsi que peut-être des analyses de sang.

GreWi: Comment et où seront publiés les résultats définitifs?

Foerster: Nous ne le savons pas encore. Une publication dans une revue scientifique est une possibilité, mais aussi une documentation par le biais d’une publication directe de tous les résultats et de toutes les données. Par ailleurs, d’autres analyses d’autres crânes allongés, entre autre de celui provenant de la collection de 2011 du musée « Ritos Andinos » trouvé à Cusco.

GreWi: Disposez-vous déjà d’estimations ou de retours de la part d’autres scientifiques ou anthropologues?

Foerster: Pas en ce qui concerne les résultats préliminaires cités.



GreWi: Qu’est-ce qui vous fait dire qu’il ne s’agit pas d’une malformation crânienne traditionnelle artificiellement induite dans le cas des Paracas?

Foerster: On sait depuis longtemps que la plupart des crânes allongés sont le résultat d’une déformation crânienne due à un aplatissement de la tête ou à la contention par des bandes, qui provoquent la forme correspondante en soumettant le crâne pendant de longues périodes de temps à ces pressions extrêmes. Habituellement, ces déformations étaient obtenues en enroulant très serré des bandes autour du crâne entre deux planchettes de bois ou seulement par contention.
Tandis que de tels procédés déformaient certes le crâne, ni son volume, ni son poids ou encore d’autres caractéristiques n’étaient différents d’un crâne humain normal.
Et c’est en cela que divergent certains des crânes allongés des Paracas: leur volume crânien est jusqu’à 25% plus important et même jusqu’à 60% pour lourd que des crânes humains normaux. Ils ne peuvent ainsi pas être l’œuvre d’une déformation intentionnelle provoquée par aplatissement ou contention. Ces crânes-là ont de plus un seul os crânien, là où des crânes normaux en possèdent deux.
Le fait, que ces crânes ne sont donc visiblement pas le résultat d’une déformation induite artificiellement signifie, que la circonstance de leur allongement reste une énigme.

GreWi: Le crâne que vous avez décrit et maintenant analysé, ne montre ainsi aucune des traces typiques et connues des techniques traditionnelles de déformation des crânes (comme par exemple les gouttières)?

Foerster: La grande majorité des crânes allongés au Pérou et en Bolivie, soit environ 90 à 95%, montrent ces traces évidentes de techniques de déformation: Un front aplati et/ou de certaines parties de l’arrière de la tête, là où les attelles ou un autre matériel de ce type étaient installé et maintenu fermement en place à l’aide de cordelettes ou de bandes serrées. Mais ce sont les 5 à 10% de crânes restants, qui ne portent aucune trace de cette sorte, qui sont troublants, car leur forme est naturelle et conserve ses rondeurs et courbes. La théorie que j’avance pour l’expliquer, c’est qu’une petite partie des gens (ou êtres) naissaient en effet avec un crâne de cette forme, avec un seul os crânien et de grandes orbites, ainsi qu’avec deux trous intéressants à l’arrière de la tête. Soit ces individus se sont alors mélangés avec des humains normaux, ce qui a fait disparaître peu à peu ces caractéristiques génétiques du crâne allongé, et que les gens éprouvaient ainsi la nécessité, de provoquer les déformations de manière artificielle, ou les Paracas ont vu leur espèce s’éteindre au bénéfice d’autres peuples, qui ont cependant par la suite copié leurs caractéristiques.



GreWi: Que dites-vous à tous ceux qui continuent à dire qu’il s’agit des techniques traditionnelles de déformations de

crânes, comme celles des rois incas par exemple dans le cas des crânes des Paracas?

Foerster: Je travaille à l’heure actuelle à établir une topographie des endroits où ces déformations crâniennes sont trouvées au Pérou et en Bolivie. Il semblerait, qu’il existe de nombreux endroits où ces crânes allongés sont découverts, mais l’essentiel de ceux-ci se concentre sur ces deux pays et très nettement moins dans d’autres pays sud-américains. Je vois aussi une forte corrélation entre la construction de structures mégalithiques et la présence de ces crânes allongés. Les Incas étaient probablement la dernière culture supérieure au Pérou, a avoir pratiqué cette déformation crânienne, puisqu’elles ont ensuite été interdites par les Espagnols au XVIème siècle.
Mais comme personne ne peut dire honnêtement, d’où viennent les Incas eux-mêmes, j’essaie de reconstituer le passé par l’étude de modèles migratoires, d’anciennes voies de communication et de liens linguistiques.



GreWi: Y a-t-il autre chose que vous aimeriez ajouter à notre interview?

Foerster: Comme dit, ce n’est que le début des analyses de crânes allongés en provenance de nombreuses parties du monde, car on connaît également de telles déformations crâniennes en Russie, au Moyen Orient, en Mélanésie, en Amérique Centrale, en Allemagne en Angleterre et d’autres endroits encore.

GreWi: Monsieur Foerster, merci beaucoup pour ces réponses et informations intéressantes.

Source : http://grenzwissenschaft-aktuell.blogspot.de/2014/02/grewi-interview-mit-brien-foerster.html

_________________
Générateur de joie et de promoteur des belles images et de la beauté de la nature 
Clique ici pour tout savoir sur la loi d'attraction  
Clique ici pour voir ma collection de cristaux
avatar
GooZ
Admin

Messages : 3815
Date d'inscription : 17/03/2013
Age : 55
Localisation : Dans la joie et le positif

Voir le profil de l'utilisateur http://www.goozweb.com/attraction/attraction.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les étranges crânes longs de Paracas

Message par Mélusine le Ven 16 Jan - 14:38


c'est amusant ! je viens juste d'écouter l'émission de Bob concernant ces crânes longs de Paracas avec Patrice Marty. Les deux auteurs disent pratiquement la même chose.
Merci pour les photos GooZ.

_________________
Il n'y a que deux façons de vivre sa vie. L'une est de croire que rien n'est un miracle. L'autre est de croire que TOUT est miracle. Albert Einsten.
avatar
Mélusine

Messages : 5152
Date d'inscription : 17/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum